les abords de l’indicible; Michaux et la mescaline

AU-DELA DE LA PREFERENCE
dans l’enchantement de la pureté absolue
là où l’impureté ne peut être ni conçue,
ni sentie, ni avoir de sens
j’entendais le poème admirable, le poème grandiose
le poème interminable
le poème aux vers idéalement beaux
sans rimes, sans musique, sans mots
qui sans cesse scande l’Univers.
 
Henri Michaux, L’infini Turbulent, Expérience III.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s